GONZÁLEZ (J.)


GONZÁLEZ (J.)
GONZÁLEZ (J.)

GONZÁLEZ JULIO (1876-1942)

Originaire de Barcelone, Julio González apprend les rudiments du métier de sculpteur sur métal auprès de son père, qui est orfèvre, en compagnie de son frère aîné Joan. Ils fréquentent tous deux l’École des beaux-arts de Barcelone et connaissent un certain succès avec leurs travaux décoratifs en fer forgé. Sa famille venant s’installer à Paris en 1900, Julio y retrouve Picasso et devient familier du groupe d’amis qui entoure ce dernier. Il fréquente les mêmes Salons où il expose de grands pastels qui dénotent une influence de Degas et de Puvis de Chavannes. Il commence à exécuter quelques masques en métal repoussé quand la mort de son frère Joan, en 1908, le jette dans un profond désarroi matériel et moral et lui fait abandonner la carrière artistique pendant près de vingt ans. Travaillant aux usines Renault en 1917, il y apprend la soudure autogène, technique qu’il appliquera dix ans plus tard à la sculpture. Pendant cette longue période de doute, il hésite longuement entre la peinture et la sculpture avant d’opter définitivement pour cette dernière. Entre 1926 et 1929, il réalise une série de sculptures en fer forgé ainsi que des masques et des natures mortes en fer découpé. Dans les premières œuvres, les morceaux de métal sont rivetés, ils seront ensuite soudés. González va initier Picasso, qui l’emploiera comme assistant, à cette technique. Au cours des années trente, son style évolue et ses figures sont de plus en plus abstraites. González montre alors un très grand intérêt pour l’espace: «Projeter et dessiner dans l’espace à l’aide de moyens nouveaux, profiter de cet espace et construire avec lui comme s’il s’agissait d’un matériau nouvellement acquis, là est toute ma tentative.» Ces recherches donnent naissance à des sculptures comme Ange ou Femme se coiffant , œuvres dont les titres sont souvent nécessaires pour «reconnaître» leur réalité humaine. Il est intéressant de rappeler que González avait adhéré en 1932 au groupe constructiviste Cercle et Carré. C’est peu avant la Seconde Guerre mondiale que se situent ses œuvres principales où il fait preuve d’une très grande maturité; elles sont généralement plus massives que ses réalisations antérieures: Femme au miroir (1936), Hommes -Cactus (1939-1940). La Montserrat (1937, Stedelijk Museum, Amsterdam) est sans conteste son œuvre la plus célèbre: elle fut présentée au pavillon espagnol de l’Exposition internationale de 1937 et symbolise la révolte de la femme catalane devant la souffrance et l’injustice. Les nombreuses études qu’en fit González annonçaient des œuvres d’une très grande puissance expressionniste, mais celles-ci ne devaient cependant jamais voir le jour puisque la guerre, avec ses restrictions en oxygène et en acétylène, obligea l’artiste à interrompre une production à laquelle la soudure était nécessaire. La mort le frappe en 1942 et il est probable que son œuvre n’aurait pas atteint la notoriété sans les soins vigilants de sa fille Roberta qui fit exécuter les fontes que son père ne pouvait financièrement réaliser. Elle a donné au Musée national d’art moderne de Paris une importante collection où l’on peut suivre toutes les étapes d’une création artistique particulièrement importante pour la sculpture contemporaine.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Gonzalez — González Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. González en espagnol, Gonsales en portugais, est un patronyme très répandu. C est le troisième patronyme le plus fréquent en Espagne, le sixième… …   Wikipédia en Français

  • González — Gonzalez oder González ist ein häufiger Familienname, siehe Gonzalez (Familienname) Gonzalez oder González ist der Name folgender Orte: Gonzalez (Florida) González (Kolumbien) González (Tamaulipas) im mexikanischen Bundesstaat Tamaulipas Siehe… …   Deutsch Wikipedia

  • Gonzalez — oder González ist ein häufiger Familienname, siehe Gonzalez (Familienname) Gonzalez oder González ist der Name folgender Orte: Gonzalez (Florida) González (Kolumbien) González (Tamaulipas) im mexikanischen Bundesstaat Tamaulipas Siehe auch:… …   Deutsch Wikipedia

  • González — González, Bartolomé González, Diego Tadeo González, Estebanillo González, José Victoriano González, Juan N. González, Juli González, Manuel González, Ángel …   Enciclopedia Universal

  • Gonzalez — may refer to:People* See González (surname)Places* Gonzalez, Florida, United States * González, Tamaulipas, MexicoOther* Lala Gonzalez, a character in School Rumble * Gonzalez (band), a group famous for the One hit wonder I Haven t Stopped… …   Wikipedia

  • González —   [gɔn θalɛθ],    1) Julio (katalanisch Juli), spanischer Bildhauer, * Barcelona 21. 9. 1876, ✝ Arcueil 27. 3. 1942; einer der ersten und bedeutendsten Vertreter der Eisenplastik. González ließ sich nach einer Ausbildung in der väterlichen… …   Universal-Lexikon

  • Gonzalez — Gonzalez, FL U.S. Census Designated Place in Florida Population (2000): 11365 Housing Units (2000): 4260 Land area (2000): 15.287115 sq. miles (39.593444 sq. km) Water area (2000): 0.053899 sq. miles (0.139597 sq. km) Total area (2000): 15.341014 …   StarDict's U.S. Gazetteer Places

  • Gonzalez, FL — U.S. Census Designated Place in Florida Population (2000): 11365 Housing Units (2000): 4260 Land area (2000): 15.287115 sq. miles (39.593444 sq. km) Water area (2000): 0.053899 sq. miles (0.139597 sq. km) Total area (2000): 15.341014 sq. miles… …   StarDict's U.S. Gazetteer Places

  • Gonzalez — Gonzālez, s. Fernandez y Gonzalez …   Kleines Konversations-Lexikon

  • Gonzālez — Gonzālez, Antonio, Portugiese; lief 1440 auf den Seehundfang an der Küste von Afrika aus, segelte hier zum ersten Male vor dem Weißen Vorgebirge vorbei u. machte einige Neger, die ersten, welche nach Europa kamen, zu Gefangenen, aber auf Befehl… …   Pierer's Universal-Lexikon


We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.